Déviation à Golfe-Juan : une présentation de chantier surréaliste !

Indépendamment de l’opinion de chacun – pour ou contre la déviation – toute personne attachée un tant soit peu à la raison aurait souffert en assistant à une telle mise en scène d’éléments de langage déconnectés de la réalité.

Projet déviation RN7 à Golfe-Juan

Une souffrance de voir une maire qui, à peine élue, renonce à ses convictions et défend un projet qu’elle a combattu pendant des années. Une souffrance de ressentir l’effacement, voir l’écrasement, de sa ville au profit des villes voisines. Une souffrance enfin d’entendre de faux arguments nous expliquant que le projet de bétonner 11 hectares de terres naturelles était « écologique » parce qu’on allait planter des bigaradiers sur le trottoir.

Quand les politiques vont-ils comprendre qu’ils ne peuvent plus continuer à se conduire ainsi ?

Mais revenons sur le fond du sujet :

le chantier actuel (qui correspond au tronçon 1) n’a pas intégré plusieurs dispositions importantes, que Jean-Noël Falcou a pu réclamer auprès des différents responsables : sécurisation et accessibilité aux personnes à mobilité réduite du passage piéton avenue Juliette Adam (à l’étude lui a-t-on assuré), connexion de la piste cyclable avec les deux pistes déjà existantes (à l’étude pour celle de la Mirandole, pas encore en projet pour celle de la route de Vallauris), mise en place des protections phoniques et des plantations lors de la livraison du chantier et pas un an plus tard comme prévu à ce jour. Jean-Noël Falcou a également porté la voix des riverains qui regrettent que les travaux aient débuté en pleine saison estivale lorsque les nuisances de bruit et de poussières sont maximales. Enfin, il a de nouveau réclamé que les habitants soient informés du calendrier et des caractéristiques principales du projet, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui malgré les efforts des conseils de quartiers et des associations. Les responsables ont donné l’impression d’avoir écouté avec attention ces remarques.

sur les tronçons 2 et 3 : aujourd’hui, le projet est totalement abandonné sur les tronçons 2 et 3. Toutes les études du conseil départemental sont formelles : ces tronçons routiers ne réduiraient aucunement la circulation sur la nationale 7, seul le tronçon 1 aurait une efficacité modérée (baisse de 10%). Dès lors, dépenser 30 millions d’euros d’argent public, nos impôts, pour sacrifier des terres naturelles semble absurde. Au contraire, réaménager la nationale 7 et créer une coulée verte en lieu et place des tronçons 2 et 3 améliorerait grandement la qualité de vie des habitants, ferait rayonner notre ville dans tout le département, tout en nous faisant faire des économies.

Fidèle à nos engagements, nous continuerons d’user de pédagogie et de volontarisme pour défendre cette vision moderne, en laquelle nous croyons : Vallauris Golfe-Juan mérite un développement responsable.

L’article du jour de Nice-Matin relatif à cette visite

Déviation RN7 à Golfe-Juan : visite de chantier

A lire également...

07/09/2017 La liste des activités et associations sportives de la commune

05/08/2017 Travaux, bail et restauration au menu (light) du Conseil

25/07/2017 « Nature en Ville » : la nature coulée sous le béton

25/07/2017 Travaux de la déviation à Golfe-Juan

21/07/2017 « Sophipolis » : Cannes fait le boulot !