Sophipolis : une faute grave qui permet le redémarrage des travaux

La ville a accordé un nouveau permis de construire à Sophipolis… par erreur ! Une faute grave, dissimulée, qui a provoquée la reprise des travaux et l’édification de constructions qui, d’après l’adjoint à l’urbanisme, ne sont pas en conformité avec le PLU.

Pour rappel :

1/ En 2014, un premier permis incluant des commerces et un hôtel est déposé et accepté une semaine avant le premier tour des élections municipales. Nous avions alors demandé à Mme Salucki d’agir dès son arrivée, mais elle ne l’a pas fait.

2/ 2017-2018, un permis modificatif est accepté par la mairie, mais retiré grâce à l’intervention énergique du préfet suite aux alertes simultanées de David Lisnard, Maire de Cannes, et de notre groupe.

3/ Début 2018, suite à l’intervention de Jean-Noël Falcou en conseil municipal, les services de la ville constatent que les travaux de terrassement ne respectent pas le permis initial. Un PV est dressé et transmis au Procureur.

4/ En 2019, un second permis modificatif est déposé et accepté tacitement par la mairie. C’est à dire que la ville n’est pas allé au bout de l’instruction du permis et, étant hors délai, le permis est réputé accepté ! Désormais, les travaux ont repris.

La gestion catastrophique et délétère pour la commune de ce projet par la majorité Salucki met en lumière des défaillances graves et inacceptables.

Comment est-il possible que le permis le plus important, le plus litigieux de la ville continue à être géré de cette manière ? D’autant que ce n’est pas une première, il en avait été exactement de même avec le permis du restaurant Tétou, accepté tacitement lui aussi… C’est étrange de ne pas être capable à ce point de tirer l’expérience des erreurs passées.

Cette faute inexcusable est doublée d’un véritable scandale car, en plus, la majorité Salucki cherche à dissimuler ses erreurs de débutante. Ce permis tacite n’a pas été présenté à la commission urbanisme, à croire que l’on cherche à cacher la vérité aux élus. Et aucune mention de la validation de ce permis ne figure sur le registre des permis de construire. Incroyable.

Pire, nous avons découvert que plusieurs permis avaient été accordés tacitement, sans avoir été instruits complètement, et sont donc désormais validés alors que certains ne respectent pas le PLU.

La majorité actuelle en est directement responsable. Elle a déstructuré le service urbanisme, en sous-effectif total. Les employés font le maximum avec le peu de moyens dont ils disposent. Une situation connue car nous avions alerté dès la première année de mandat, l’adjoint en charge l’ayant reconnu en conseil municipal il y a plus d’un an, et à nouveau lors du dernier conseil. Pourtant rien n’est fait.

Mme Salucki et son équipe ont fait de Vallauris Golfe-Juan la risée du département, sur un dossier qui est scruté par les services de l’Etat, par le maire de Cannes, par les investisseurs.

C’est scandaleux.

Notre dossier Sophipolis

L’article de Nice-Matin (6/04/2019)

A lire également...

06/10/2019 Expression des oppositions : Mme Salucki justifie l’injustifiable

21/09/2019 Madoura : début des travaux

29/08/2019 Mme Salucki s’obstine à nouveau en justice aux frais du contribuable

29/07/2019 Les résultats de notre enquête auprès des habitants de Vallauris Golfe-Juan

10/07/2019 Préemptions de locaux commerciaux : sur quels critères ?