Les ports de Golfe-Juan, enjeu capital pour les années à venir (partie 1/2)

  • par

Un peu d’histoire

Vallauris Golfe-Juan dispose de deux ports. Le Vieux Port de Golfe-Juan, côté plages du Soleil et le Port Camille Rayon dit « Nouveau port » côté plages du Midi. Avec seulement deux ports, c’est malgré tout la 4ème commune la plus dotée de la Côte d’Azur en nombre de postes d’amarrage de bateaux (+ de 1 600).

Le Vieux port – en gestion publique – est géré par la Chambre de Commerce et d’Industrie des Alpes Maritimes depuis le 15 janvier 1973 et pour une durée de 50 ans. Il compte 807 postes d’amarrage. Il génère un chiffre d’affaires d’environ 3 millions d’euros par an.

Le Port Camille Rayon – en gestion privée – a été inauguré en 1989 pour une superficie globale de 17 hectares répartie entre un plan d’eau de 11,3 hectares (capacité de 838 bateaux) équipé des ouvrages et outillages portuaires classiques (digue, quais, cales, aire de carénage, chantier naval, poste d’avitaillement, capitainerie), un terre-plein accueillant le Théâtre de la mer, 2 500 m² de bâtiments commerciaux (restaurants, commerces, etc.) et des aires de stationnement. Le port Camille Rayon est géré par la Société du Nouveau port de Vallauris Golfe-Juan créée en 1987 pour assurer la construction et l’exploitation des ouvrages et outillages portuaires. Le financement de la construction et de l’exploitation s’est fait par la mise en place d’un système d’amodiation qui confère des titres d’occupation pour la durée de la concession aux actionnaires. Le nouveau port génère un chiffre d’affaires d’environ 5 millions d’euros par an (hors chantier naval).

Pourquoi parle-t’on des ports en ce moment ?

Actuellement, nombre de concessions de ports dans les Alpes Maritimes (comme Antibes ou Cannes) sont arrivées à échéance et ont dû être renouvelées ou le seront prochainement. Golfe-Juan n’échappe pas à la règle, et les concessions établies pour chacun de nos deux ports devront prochainement être renouvelées : le 1er janvier 2024 pour le Vieux port et le 30 juin 2024 pour le Port Camille Rayon. L’enjeu financier est capital ; c’est un choix qui va engager des montants importants sur plusieurs mandats, avec à la clé, des recettes précieuses pour la commune.
Nous reviendrons plus en détails sur les modes de gestion envisageables et les objectifs pour la commune (à suivre Les ports de Golfe-Juan, partie 2/2).

L’affaire du port Camille Rayon

En 2016, Jean-Noël Falcou, conseiller municipal EVGJ, et l’association de lutte pour la transparence et contre la corruption Anticor déposent plainte pour trafic d’influence, prise illégale d’intérêts et détournement de fonds publics. Par cette action, l’association souhaite obtenir la reconnaissance du préjudice public, l’identification et la condamnation de l’ensemble des responsables. En effet, le constat est accablant : une ville désinvestie qui a laissé faire, un actionnaire douteux, un énorme manque à gagner évident pour la commune. (https://www.ensemblevgj.fr/2016/04/mafia-et-mauvaise-gestion-sur-le-port-camille-rayon/).

Nice-Matin s’intéresse également à l’affaire et publie un dossier de 4 pages le 22 mai 2016 (https://www.ensemblevgj.fr/2016/05/scandale-du-port-les-4-pages-de-nice-matin/)

Outre la plainte, une autre action concrète est déclenchée : la Chambre Régionale des Comptes se penche sur la gestion du Nouveau Port et publie un rapport au vitriol le 5 décembre 2019 sur les exercices 2011 à 2016. Les conclusions sont édifiantes, la Chambre Régionale des Comptes écrit : Il en ressort, outre une perte de contrôle de l’usage de son domaine public, un préjudice financier pour la commune. Le produit qu’elle retire de l’exploitation de son domaine, à travers la redevance domaniale, pourrait être plus élevé, notamment par un relèvement des montants perçus auprès des sous-concessionnaires.
Il revient donc à la commune de reprendre la charge de la concession, en utilisant l’ensemble des dispositifs juridiques à sa disposition en matière de pouvoir de contrôle.
La Chambre Régionale des Comptes confirme donc les inquiétudes soulevées : les habitants de Vallauris Golfe-Juan sont financièrement lésés au détriment de certains qui s’enrichissent.

Parallèlement, une information judiciaire a été ouverte par le Parquet National Financier.