Création d’une commission municipale du vivre-ensemble

Lors du conseil municipal du 6 février 2015, Jean-Noël Falcou a posé la question suivante :

Comme partout en France, notre ville doit s’interroger sur les moyens de lutter contre les différents replis communautaires.

Comment veiller à ce que tous les habitants communiquent et se respectent entre eux, qu’ils se sentent une appartenance – ou pas – à une communauté ethnique, religieuse ou sociale ?

Comment faire en sorte que les croyants de toutes confessions puissent exercer leurs cultes dans de bonnes conditions, sans nuire aux non-croyants qui sont, rappelons-le, les plus nombreux ?

Comment faire en sorte que la laïcité, principe fondateur de notre démocratie depuis plus d’un siècle, vive pleinement, c’est à dire que toutes les religions soient traitées équitablement, protégées et chapeautées par les lois de République ?

Il serait souhaitable que nous réfléchissions ensemble aux réponses collectives à apporter, peut-être au sein d’une commission dédiée, que nous pourrions très rapidement ouvrir aux responsables associatifs et religieux de la ville.

D’ores et déjà, pouvez-vous nous dire ce que vous avez l’intention de faire pour développer ces échanges interculturels et ce vivre-ensemble dont nous avons plus que jamais besoin ?

Mme Salucki a accepté la création de cette commission, tout d’abord réservée aux élus pour ne pas empiéter sur l’action du Préfet qui a la main en ce domaine.

Elle a rappelé que l’organisation des cultes n’était pas de la compétence de la commune et qu’il fallait faire très attention à notre expression sur des sujets sensibles, tout en réaffirmant clairement les valeurs de la République.

Jean-Noël Falcou a précisé qu’il ne s’agissait en aucun cas de se mêler de l’exercice des religions mais de permettre de développer le vivre-ensemble à Vallauris Golfe-Juan : la première magistrate de la ville peut avoir l’initiative pour faire en sorte que les personnes différentes se parlent, apprennent à mieux se comprendre, à mieux se respecter, dans l’intérêt de tous. Quel meilleur échelon que la commune pour créer de la « communalité » ?

Il a par ailleurs proposé que nous signalions au préfet la volonté de la ville de travailler en ce sens.